« Pour être un bon peintre, quatre choses sont nécessaires : Un cœur doux, un regard précis, une main légère et des pinceaux toujours bien lavés »

Anselm Feuerbach (1829 - 1880)

Au sommaire / Arrière-plan /

Art et survie

Écrit le mercredi 15 janvier 2014 et mis à jour le vendredi 11 septembre 2015 par Jean-Christophe Sekinger

Où j’apporte une précision

« Art », c’est le nom. Mais je le prends dans son acception première (selon le dictionnaire d’Émile Littré, quatre volumes parus de 1873 à 1877) :« 1° Manière de faire une chose selon certaine méthode, selon certains procédés (...) ». Un peu plus loin, il parle des abeilles.

L’art est selon lui une « manière de faire » et je ne cherche pas plus loin.

J’avais écrit un jour (ici et ) que faire du miel était peut-être, avant tout, une activité esthétique et que ce qui importait d’abord aux abeilles était le parfum des fleurs.
Si je pense « beauté » plutôt que « parfum », je prends juste de la hauteur et le miel devient la conséquence de sa contemplation : Comme si la beauté du monde assurait à elle-seule — par la transformation du Beau en Miel — la survie de l’espèce.